LLC/PLL R/R : le duvélisib permet d’obtenir une réponse durable

  • O'Brien S & al.
  • Am J Hematol
  • 10 août 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude de phase I, le duvélisib a démontré un potentiel prometteur en tant que nouvelle alternative thérapeutique chez les patients lourdement prétraités, atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique/d’un petit lymphome lymphocytaire en rechute/réfractaire (LLC/PLL R/R) ou les patients atteints d’une LLC naïfs de traitement.
  • Une étude de phase III portant sur le duvélisib en monothérapie dans le cadre de la LLC/PLL R/R est en cours.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le risque élevé de rechute et le mauvais pronostic associés à une délétion de 17p (del[17p]) et/ou à une mutation de TP53 sont des besoins non satisfaits significatifs dans ce contexte.  

Protocole de l’étude

  • Une étude d’extension de cohorte de phase I a été menée afin d’évaluer le duvélisib chez les patients atteints d’une LLC/PLL R/R (n = 55 ; médiane de quatre traitements systémiques préalables) et les patients naïfs de traitement (NT) atteints d’une LLC (n = 18 ; âge médian : 74 ans).
  • Financement : Infinity Pharmaceuticals, Verastem Oncology.

Principaux résultats

  • Taux de réponse objective (TRO) de 56,4 % chez les patients R/R.
  • TRO de 83,3 % chez les patients NT et de 80,0 % chez les patients porteurs d’une mutation de TP53/del(17p).
  • Durée de réponse (DR) médiane :
    • Chez les patients R/R : 21 mois.
    • La DR médiane n’a pas été atteinte chez les patients NT.
  • L’augmentation des transaminases était l’anomalie biologique la plus fréquente : 30,9 % chez les patients R/R ; 33,3 % chez les patients NT.
  • La diarrhée était l’événement indésirable (EI) non hématologique le plus fréquent : 47,3 % chez les patients R/R ; 77,8 % chez les patients NT.
  • La neutropénie était l’EI de grade supérieur ou égal à 3 le plus fréquent : 43,6 % chez les patients R/R ; 33,4 % chez les patients NT.

Limites

  • Étude en ouvert.