LLC/PLL et LCM R/R : l’ibrutinib démontre un profil de sécurité d’emploi solide

  • O'Brien S & al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 28 juin 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Malgré la nécessité d’une administration continue, l’ibrutinib démontrait un profil de sécurité d’emploi favorable, par rapport aux traitements comparateurs, chez les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC)/petite leucémie lymphocytaire (PLL) ou d’un lymphome à cellules du manteau en rechute/réfractaire (LCM R/R).

Pourquoi est-ce important ?

  • Contrairement à la chimiothérapie, qui est administrée selon des cycles définis, l’ibrutinib nécessite une administration continue jusqu’à la progression de la maladie ou l’apparition d’une toxicité inacceptable.

Protocole de l’étude

  • Les résultats de sécurité d’emploi de quatre essais cliniques portant sur l’ibrutinib chez les patients atteints d’une LLC/PLL ou d’un LCM R/R ont été analysés.
  • 756 patients ont reçu de l’ibrutinib et 749 ont reçu des traitements comparateurs.
  • Financement : Pharmacyclics LLC, une société AbbVie, et Janssen Research & Development.

Principaux résultats

  • La durée médiane du traitement par ibrutinib était plus longue : médiane de 13,3 mois, contre 5,8 mois pour les comparateurs.
  • Après un ajustement pour prendre en compte l’exposition au traitement, les seuls événements indésirables (EI) de grades 3/4 plus fréquents avec l’ibrutinib étaient la diarrhée, la fibrillation auriculaire et l’hypertension ; la prévalence des EI de grades 3/4 était la plus importante entre les mois 0 et 3 et diminuait généralement au fil du temps.
  • 7 % des patients sous ibrutinib ont fait l’objet d’une réduction de la dose en raison d’EI, contre 14 % des patients recevant un traitement comparateur.
  • 12 % des patients sous ibrutinib ont interrompu le traitement en raison d’EI, contre 16 % des patients recevant un traitement comparateur.

Limites

  • Le caractère applicable des données est limité par le regroupement des différents types de patients, des statuts de la maladie et des schémas thérapeutiques.