LLC/LNH : une étude démontre l’effet sur la survie d’une administration sous-optimale d’ibrutinib

  • Williams, AM, et al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 6 oct. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) ou d’un lymphome non hodgkinien (LNH), une réduction précoce de la dose ou de l’observance de l’ibrutinib, ou une interruption du traitement par ibrutinib en raison d’un événement indésirable (EI) étaient indépendamment associées à de moins bons résultats de survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des données probantes en pratique réelle suggèrent que les réductions de dose, les suspensions de doses et les interruptions sont fréquentes chez les patients recevant des traitements ciblés par voie orale dans le cadre d’un LNH.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les effets de l’interruption/l’observance de l’administration d’ibrutinib sur les résultats de survie chez des patients atteints d’une LLC ou d’un LNH issus d’un seul établissement.
  • Taille de l’échantillon : LLC (n = 115) ; macroglobulinémie de Waldenstrom (n = 23) ; lymphome à cellules du manteau (n = 21).
  • L’âge médian des patients au moment du début du traitement par ibrutinib était de 68 ans.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; Fonds de dotation Cadregari (Cadregari Endowment Fund).

Principaux résultats

  • 30 % des patients ont interrompu le traitement par ibrutinib au cours de l’étude en raison d’EI/de comorbidités dans 54,9 % des cas et en raison d’une progression de la maladie dans 35,3 % des cas.
  • La SG médiane après l’interruption de l’ibrutinib était de 1,7 mois (IC à 95 % : 0,3–3,7).
  • Une association significative a été observée entre une observance de la dose de moins de 80 % au cours des huit premières semaines de traitement par ibrutinib et :
    • Une moins bonne SSP : P = 0,002.
    • Une moins bonne SG : P = 0,021.
  • Une association significative a été observée entre une réduction de la dose au cours des huit premières semaines de traitement par ibrutinib et :
    • Une moins bonne SSP : P = 0,004.
    • Une moins bonne SG : P = 0,014.

Limites

  • Données rétrospectives.
  • Échantillon limité de patients atteints d’une maladie autre qu’une LLC.