LLC : le traitement par ibrutinib en première intention permet d’obtenir une meilleure SSP que l’immunochimiothérapie

  • Woyach JA, et al
  • N Engl J Med
  • 1 déc. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

    À retenir

    • Un traitement de première intention à base d’ibrutinib avec ou sans rituximab permet d’obtenir une SSP significativement plus longue que l’immunochimiothérapie standard, chez les patients plus âgés atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC). 

    Pourquoi est-ce important ?

    • Le risque d’effets toxiques associés à l’immunochimiothérapie augmente avec l’âge.

    Protocole de l’étude

    • Une étude de phase III a été menée auprès de 547 patients âgés de 65 ans ou plus (âge médian : 71 ans) atteints d’une LLC, affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’ibrutinib avec (n = 182) ou sans (n = 182) rituximab, ou un traitement par bendamustine et rituximab (BR ; n = 183).
    • Financement : Bourses de l’Institut national américain du cancer (National Cancer Institute), Pharmacyclics.

    Principaux résultats

    • SSP estimée à trois ans :
      • BR : 74 % (IC à 95 % : 66–80 %) ;
      • ibrutinib en monothérapie : 87 % (IC à 95 % : 81–92 %) ;
      • ibrutinib associé au rituximab : 88 % (IC à 95 % : 81–92 %) ;
      • RR de progression ou de décès : 0,39 (IC à 95 % : 0,26–0,58) pour l’ibrutinib, par rapport à l’association BR (P unilatéral 
      • RR de progression ou de décès : 0,38 (IC à 95 % : 0,25–0,59) pour l’ibrutinib associé au rituximab, par rapport à l’association BR (P unilatéral 
    • SG estimée à deux ans :
      • BR : 95 % (IC à 95 % : 91–98 %) ;
      • ibrutinib en monothérapie : 90 % (IC à 95 % : 85–94 %) ;
      • ibrutinib associé au rituximab : P supérieur ou égal à 0,65 pour toutes les comparaisons par paires.
    • Pourcentage de patients présentant une maladie résiduelle indétectable (MR-) :
      • BR : 8 % (IC à 95 % : 5–13 %) ;
      • ibrutinib en monothérapie : 1 % (IC à 95 % :
      • ibrutinib associé au rituximab : 4 % (IC à 95 % : 2–8 %).

    Limites

    • La durée de suivi médiane de la SG était limitée à 38 mois.