LLC : l’ofatumumab en monothérapie est efficace chez les patients plus âgés présentant des comorbidités

  • Vitale C & al.
  • J Geriatr Oncol
  • 17 avr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients plus âgés atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) avec des comorbidités, un traitement par ofatumumab en monothérapie était bien toléré et a permis d’obtenir une réponse chez plus de 7 patients sur 10.  

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreux patients reçoivent un premier traitement pour la LLC à environ 75 ans, ce qui signifie qu’un score d’état général défavorable et la présence de comorbidités peuvent limiter les options de traitement.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer l’ofatumumab en monothérapie chez des patients plus âgés présentant un score d’état général défavorable et des comorbidités, qui ne seraient habituellement pas éligibles pour participer à un essai clinique.
  • Tous les patients avaient au moins 65 ans (âge médian : 73 ans ; intervalle : 65–87 ans) et présentaient un score d’état général du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis l’ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG) de 2/3 et un indice de comorbidité de Charlson supérieur ou égal à 2.
  • Financement : Programme de recherche en oncologie du Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network Oncology Research Program), sponsorisé par Novartis.  

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale était de 72 %.
  • 19 % des patients ont obtenu une réponse complète.
  • La SSP médiane était de 21 mois (IC à 95 % : 9–32).  
  • Il est estimé que 87 % des patients étaient vivants au moment du dernier suivi.
  • Les réactions en relation avec la perfusion constituaient les événements indésirables (EI) liés au traitement les plus fréquents ; seuls 3 % étaient de grade 3.
  • Les autres EI liés au traitement de grade 3 comprenaient la diarrhée, la nausée, les vomissements, l’hyperglycémie, l’embolie pulmonaire et la réaction allergique.
  • Aucun EI de grade 4 n’a été observé.

Limites

  • Étude menée en ouvert.