LLC : l’ibrutinib améliore la survie, comparativement aux traitements conventionnels de deuxième intention

  • Nuttall E & al.
  • J Blood Med
  • 1 janv. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients en situation réelle atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) en rechute, l’ibrutinib a permis d’améliorer les résultats de survie, comparativement aux traitements conventionnels de deuxième intention, et d’obtenir des résultats comparables à ceux observés avec les traitements conventionnels de première intention.
  • Chez les patients sous ibrutinib, la présence de del13q14.3 était associée à une survie inférieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • On sait peu de choses concernant les résultats de l’ibrutinib chez les patients présentant des anomalies génétiques autres que la délétion 17p ou la mutation du gène TP53.

Protocole de l’étude

  • Une étude monocentrique a été menée (au Royaume-Uni), afin d’évaluer les résultats obtenus chez 38 patients en situation réelle traités par ibrutinib pour une LLC en rechute, comparativement aux patients recevant des traitements conventionnels de première (n = 82) et de deuxième (n = 25) intention.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La SSP médiane n’a pas été atteinte avec l’ibrutinib, comparativement à une SSP médiane de 593 jours avec les traitements conventionnels de deuxième intention et de 1 462 jours avec les traitements conventionnels de première intention.
  • 88,9 % (IC à 95 % : 79–100 %) des patients étaient en vie et ne présentaient pas de progression 1 an après l’instauration du traitement par ibrutinib, contre 70,8 % (IC à 95 % : 55–92 %) des patients sous traitement conventionnel de deuxième intention et 77,1 % (IC à 95 % : 68–87 %) des patients sous traitement conventionnel de première intention.
  • Chez les patients recevant de l’ibrutinib, la présence de del13q14.3 était corrélée à une réduction de la SG (P = 0,014) et de la SSP (P = 0,008).
  • 81,6 % des patients ont présenté des événements indésirables sous ibrutinib.

Limites

  • Données rétrospectives ; échantillon de taille imitée.