LLC : l’acalabrutinib offre un taux de réponse élevé chez les patients intolérants à l’ibrutinib

  • Awan FT & al.
  • Blood Adv
  • 14 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’acalabrutinib, un nouvel inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton, a démontré un haut niveau de tolérabilité et de réponse chez les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) intolérants à l’ibrutinib.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ibrutinib a démontré une excellente efficacité dans ce contexte ; cependant, 9–23 % des patients présentent des effets indésirables limitant le traitement.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer l’acalabrutinib en monothérapie chez 33 patients atteints d’une LLC intolérants à l’ibrutinib.
  • L’âge médian des patients était de 64 ans (intervalle : 50–82).
  • De nombreux patients étaient atteints d’une maladie à risque élevé.
  • Les patients avaient reçu une médiane de 4 traitements préalables (intervalle : 2–13).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute), Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health), Acerta Pharma.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale (TRG ; défini comme une réponse partielle avec lymphocytose [RPL] ou mieux) était de 75,8 % (IC à 95 % : 57,7–88,9 %).
  • Le taux de rémission complète était de 3,0 %.
  • Tous les patients ont obtenu au moins une maladie stable.
  • Le délai médian jusqu’à la RPL ou mieux était de 1,9 mois (intervalle : 1,6–19,2).
  • La durée de réponse (DR) médiane n’a pas été atteinte.
  • 82 % (IC à 95 % : 59–93 %) des patients ont obtenu une DR supérieure ou égale à 12 mois.
  • 70 % des patients recevaient toujours de l’acalabrutinib après une durée médiane de 19,0 mois (intervalle : 0,7–30,6).
  • Aucun patient n’a nécessité d’une réduction de la dose d’acalabrutinib.
  • Les événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3 survenus chez plus de 3 % des patients comprenaient la neutropénie (12 %) et la thrombopénie (9 %).
  • Seuls trois patients ont interrompu le traitement par acalabrutinib en raison d’EI.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.