LLC chez les personnes âgées : une méta-analyse évalue la sécurité d’emploi de l’ibrutinib, comparativement à d’autres schémas thérapeutiques

  • Zhou Y & al.
  • Medicine (Baltimore)
  • 1 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC), l’ibrutinib n’était pas associé à une augmentation significative du risque d’événements indésirables (EI) hématologiques, qui incluent l’anémie, la thrombocytopénie, la neutropénie ou la neutropénie fébrile, comparativement aux autres traitements.
  • L’ibrutinib était associé à une augmentation du risque de manifestations abdominales, y compris vomissements, douleurs abdominales, constipation et diarrhée.

Pourquoi est-ce important ?

  • La LLC est principalement diagnostiquée chez des patients âgés de sexe masculin.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée afin d’évaluer les EI associés à l’ibrutinib chez les patients âgés atteints d’une LLC.
  • Une recherche dans des bases de données de publications médicales a identifié 5 études applicables incluant 2 456 patients atteints d’une LLC : 1 113 ont reçu de l’ibrutinib et 1 343 ont été considérés comme des patients témoins n’ayant pas reçu d’ibrutinib. 
  • Âge moyen : 68,8 ans chez les patients traités par ibrutinib ; 68,0 ans chez les patients témoins.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Les patients traités par ibrutinib n’ont démontré aucune augmentation significative du risque pour les EI suivants :
    • Anémie : risque relatif (RR) de 0,90 ; IC à 95 % : 0,67–1,21 ; P = 0,49.
    • Thrombocytopénie : RR de 0,61 ; IC à 95 % : 0,32–1,14 ; P = 0,12.
    • Neutropénie : RR de 0,50 ; IC à 95 % : 0,25–1,00 ; P = 0,05.
    • Neutropénie fébrile : RR de 0,89 ; IC à 95 % : 0,32–2,49 ; P = 0,83.
  • Le risque d’infection de l’appareil respiratoire était comparable chez les patients traités par ibrutinib et chez les patients témoins : RR de 1,01 ; IC à 95 % : 0,78–1,30 ; P = 0,96.
  • Les patients traités par ibrutinib présentaient une augmentation significative du risque pour les EI suivants :
    • Manifestations abdominales : RR de 1,62 ; IC à 95 % : 1,32–2,00 ; P = 0,00001.
    • Diarrhée : RR de 2,14 ; IC à 95 % : 1,44–3,17 ; P = 0,0002.

Limites

  • Le groupe témoin a reçu un éventail de traitements différents.
  • Les événements hémorragiques n’ont pas été enregistrés.