LLA : un lien a été établi entre la leucoencéphalopathie et l’intégrité de la substance blanche

  • Sabin ND & al.
  • AJNR Am J Neuroradiol
  • 13 sept. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les survivants d’une leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) pédiatrique, la survenue d’une leucoencéphalopathie au cours du traitement et la présence d’une atteinte neurocognitive lors du suivi à long terme étaient associées à une diminution de l’intégrité microstructurale de la substance blanche dans plusieurs parties du cerveau, comme identifié par imagerie en tenseur de diffusion (Diffusion Tensor Imaging, DTI), une technologie d’imagerie permettant d’évaluer l’intégrité de la substance blanche à partir de la manière dont l’eau se diffuse dans le cerveau.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les survivants d’une LLA présentent un risque de leucoencéphalopathie et de déficits neurocognitifs. 

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les associations entre la leucoencéphalopathie, l’intégrité microstructurale de la substance blanche dans le cerveau et les performances neurocognitives chez 173 survivants à long terme d’une LLA pédiatrique ayant été traités par chimiothérapie uniquement.
  • Des examens d’imagerie du cerveau ont été réalisés au cours du traitement actif et plus de cinq ans après le diagnostic.
  • Financement : Institut national de la santé mentale (National Institute of Mental Health) ; Institut national du cancer (National Cancer Institute, NCI) ; soutien aux centres du NCI.

Principaux résultats

  • Les survivants d’une LLA ont obtenu des scores de performance moins élevés, comparativement aux standards pour la population, pour les fonctions exécutives, la mémoire, la vitesse de traitement et l’intelligence globale (P 
  • Des associations significatives ont été identifiées entre la présence d’une leucoencéphalopathie persistante et une perte d’intégrité de la substance blanche dans plusieurs parties du cerveau.
  • Le nombre d’administrations intrathécales de méthotrexate, d’hydrocortisone et de cytarabine était associé à une diffusivité plus élevée en moyenne (ce qui indique une perte d’intégrité de la substance blanche).
  • Une diffusivité moyenne accrue était associée à une atteinte neurocognitive globale.

Limites

  • Absence de groupe témoin pour les résultats de la DTI.