LLA : recommandations pour l’évaluation et la prise en charge de la MR

  • Short NJ & al.
  • Am J Hematol
  • 5 nov. 2018

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • De nouvelles recommandations issues d’un consensus d’experts nord-américains ont été publiées pour l’évaluation et la prise en charge de la maladie résiduelle (MR) chez les adultes atteints d’une leucémie lymphoblastique aiguë (LLA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un nombre croissant de méthodes d’analyse et l’émergence de nouveaux produits thérapeutiques à forte efficacité dans le cadre de l’éradication de la maladie résiduelle ont fait progresser les traitements, mais ont compliqué les décisions entourant l’analyse de la MR.

Recommandations principales

  • L’analyse de la MR doit généralement être réalisée sur des échantillons de moelle osseuse pour une sensibilité optimale, car la MR décelable dans le sang périphérique peut être inférieure de 1–3 logs.
  • Quelle que soit la méthode utilisée, une sensibilité de l’analyse d’au moins 10-4 est considérée comme adéquate.
  • La régularité avec laquelle ou le moment auquel l’analyse de la MR est réalisée sont clarifiés pour les différents types de patients, notamment :
    • Les adultes atteints d’une LLA recevant un traitement de première intention.
    • Les patients atteints d’une LLA Ph+ n’ayant pas fait l’objet d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) en première rémission.
    • Les patients pour lesquels une GCSH est prévue.
    • Les patients ayant reçu un traitement de rattrapage pour une LLA en rechute/réfractaire : l’analyse de la MR fournit une meilleure valeur prédictive chez les patients en premier rattrapage.
  • Des algorithmes de traitement sont fournis pour guider le recours à l’inhibition de la tyrosine kinase BCR-ABL1 et l’utilisation du blinatumomab afin d’optimiser les patients pour lesquels une GCSH allogénique est prévue.
  • Financement : Fondation PLATO.