LLA pédiatrique : la RT crânienne peut-elle être omise dans certains cas ?

  • Piette C & al.
  • Br J Haematol
  • 13 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les enfants atteints d’une leucémie lymphoblastique aiguë (LLA), qui reçoivent une prophylaxie du système nerveux central (SNC) systémique et intrathécale adaptée, l’omission de la radiothérapie crânienne (RTC) lors de la première rémission complète (RC1) a entraîné une réduction notable des événements indésirables à long terme (EILT), sans effet significatif sur les résultats de survie.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Les améliorations de la survie dans le cadre de la LLA pédiatrique donnent une importance croissante à la prise en compte des effets à long terme du traitement.

Protocole de l’étude

  • Une évaluation à long terme a été réalisée afin de comparer les résultats chez 176 patients atteints d’une LLA pédiatrique de novo associée à un risque moyen/élevé de rechute au niveau du SNC, dans le cadre de l’étude EORTC 58832. Les patients ont fait l’objet (n = 84) ou non (n = 92) d’une RTC.
  • Tous les patients ont fait l’objet d’une prophylaxie du SNC par chimiothérapie systémique et intrathécale.
  • Financement : Fonds Cancer (Belgique) ; Kinderkankerfonds (Belgique).

Principaux résultats

  • Les résultats à 25 ans étaient comparables pour :
    • la survie sans maladie : rapport de risque (RR) de 1,08 (IC à 95 % : 0,63–1,83) ;
    • la survie sans événement : RR de 0,94 (IC à 95 % : 0,57–1,52) ;
    • la survie globale (SG) : RR de 1,00 (IC à 95 % : 0,53–1,88).
  • Incidence à 25 ans :
    • d’une tumeur secondaire (TS ; ± erreur type [ET]) : 11,0 % (± 4,2 %) avec la RTC, contre 7,9 % (± 4,6 %) sans ;
    • de toute rechute au niveau du SNC : 11,9 % (± 3,5 %) avec la RTC, contre 8,7 % (± 2,9 %) sans ;
      • RR de 0,71 (IC à 95 % : 0,28–1,79 ; test de non-infériorité : P = 0,01).
  • L’incidence d’EILT au niveau du SNC était nettement plus élevée avec la RTC que sans. 

Limites

  • Les données concernant les EILT n’étaient pas disponibles pour 75 % des patients.