LLA à précurseurs B : l’efficacité de l’inotuzumab ozogamicine s’avère supérieure à celle du traitement de référence

  • Kantarjian HM & al.
  • Cancer
  • 28 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie lymphoblastique aiguë à précurseurs B en rechute/réfractaire (LLA PB R/R), l’inotuzumab ozogamicine (InO) a permis d’obtenir une amélioration du taux de rémission complète (RC)/RC avec rétablissement hématologique incomplet (RCi), comparativement à la chimiothérapie intensive de référence.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans ce contexte, la SG à 5 ans est d’environ 5 à 10 % ; un important besoin de meilleures alternatives thérapeutiques subsiste donc.

Protocole de l’étude

  • Après plus de 2 ans de suivi, il s’agit du rapport final de l’étude de phase III INO-VATE portant sur l’InO (n = 164), comparativement au traitement de référence (n = 162), chez 326 patients atteints d’une LLA PB R/R.
  • Financement : Pfizer, Inc.

Principaux résultats

  • 73,8 % des patients ont obtenu une RC/RCi avec l’InO, contre 35,0 % avec le traitement de référence ; le bénéfice observé au niveau de la RC/RCi avec l’InO était comparable dans tous les sous-groupes de patients.
  • SG médiane : 7,7 mois (IC à 95 % : 6,0–9,2) avec l’InO, contre 6,2 mois (IC à 95 % : 4,7–8,3) avec le traitement de référence.
  • 39,6 % (IC à 95 % : 32,1–47,6 %) des patients du groupe InO et 10,5 % (IC à 95 % : 6,2–16,3 %) des patients du groupe traitement de référence ont fait l’objet d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) après avoir obtenu une RC/RCi et avant l’initiation d’un traitement d’induction de suivi (P 
  • Les événements indésirables tous grades confondus et de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents étaient des événements indésirables hématologiques dans les deux groupes de traitement.

Limites

  • Un nombre limité de patients présentant un caryotype t(4 ; 11).