LION : l’exérèse des ganglions lymphatiques ne permet pas d’améliorer la SG dans le cadre du cancer de l’ovaire avancé

  • Harter P & al.
  • N Engl J Med
  • 28 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé, l’exérèse systématique des ganglions lymphatiques pelviens et para-aortiques, après une résection macroscopique complète, ne permet pas d’améliorer la survie et donne lieu à une incidence plus élevée de complications postopératoires.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des analyses rétrospectives antérieures avaient suggéré que l’exérèse des ganglions lymphatiques présentait un bénéfice.

Protocole de l’étude

  • L’étude randomisée multicentrique LION a inclus 647 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé nouvellement diagnostiqué (stade IIB–IV selon la Fédération Internationale de Gynécologie et d’Obstétrique).
  • Les patientes présentant des ganglions lymphatiques normaux après une résection macroscopique complète ont été affectées de manière aléatoire pendant l’opération pour faire l’objet ou non d’une exérèse des ganglions lymphatiques.
  • Financement : Deutsche Forschungsgemeinschaft ; Fonds autrichien pour la science.

Principaux résultats

  • Le nombre médian de ganglions retirés était de 57 (35 pelviens et 22 para-aortiques), chez les patientes faisant l’objet d’une exérèse des ganglions lymphatiques.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes avec ou sans exérèse des ganglions lymphatiques en termes de survie :
    • SG médiane : 69,2 contre 65,5 mois (RR : 1,06 ; P = 0,65) ; et
    • SSP médiane : 25,5 mois dans les deux groupes (RR : 1,11 ; P = 0,29).
  • L’exérèse des ganglions lymphatiques a augmenté le nombre de complications postopératoires :
    • durée médiane de l’intervention chirurgicale : 340 contre 280 minutes (P 
    • perte de sang médiane : 650 contre 500 ml (P 
    • laparotomie répétée : 12,4 % contre 6,5 % (P = 0,01 ; le motif principal de répétition de la laparotomie était une fuite intestinale ou une fistule, avec 22 contre 8 événements) ; et
    • mortalité à 60 jours : 3,1 % contre 0,9 % (P = 0,049).

Limites

  • Le groupe ayant le pronostic le plus défavorable n’a pas été inclus.