Limitation de l’abduction de la hanche chez un petit nourrisson, quelle signification ?

  • Dr Jean-Marc Retbi

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

On admet généralement qu'une limitation de l'abduction de la hanche [LAH] chez un petit nourrisson se voit au cours d'une luxation de hanche irréductible ou d'une dysplasie de la hanche diagnostiquée avec retard. Une étude longitudinale sur des dysplasies de la hanche prouvées par échographie ne reconnaît de valeur à ce signe que quand il est unilatéral.

Sur une période de 10 ans, 2 876 enfants ont été adressés dans une consultation d'orthopédie soit vers 1-2 semaines de vie pour des « hanches instables » (positivité de la manœuvre d'Ortolani ou de Barlow), soit vers 6-8 semaines pour des « facteurs de risque » (antécédents familiaux, présentation du siège, malpositions des pieds, oligoamnios, torticolis) ou une LAH à l'examen du bassin, rarement plus tard. Les 5 752 hanches de ces enfants ont été examinées cliniquement, échographiquement, et, en cas de première consultation après 4 mois de vie, radiologiquement.

Une LAH unilatérale a été constatée chez 55 patients, tous âgés de plus de 8 semaines, et une LAH bilatérale chez 437 patients. Par ailleurs, 156 hanches étaient très dysplasiques (34 types 3 de Graf, c'est-à-dire avec un angle alpha, entre le mur de l'ilion et la tangente aux extrémités de l'acétabulum, inférieur à 43°) ou subluxables (122 types 4 de Graf). Vingt-trois LAH unilatérales étaient associées à des dysplasies de hanche, alors que ce n'était le cas que pour seulement 3 LAH bilatérales.

La LAH unilatérale a donc une sensibilité de 14,4 %, une spécificité de 99,3 %, une valeur prédictive positive [VPP] de 40 % et une valeur prédictive négative [VPN] de 97,3 %. Si on ne tient compte que des enfants âgés de plus de 8 semaines, la VPP de la LAH unilatérale s'élève à 54,7 %. En revanche, la LAH bilatérale n'a qu'une VPP de 0,3 %.

Les auteurs en concluent que seule une LAH unilatérale est une indication formelle d'échographie à la recherche d'une dysplasie de hanche chez un petit nourrisson.

Leur étude éclaire les relations entre LAH et dysplasie de hanche. Hormis les rares cas où il existe une luxation irréductible à la naissance (hanches tératologiques) ou un syndrome du bébé moulé, avec un bassin oblique, la LAH apparaît dans les semaines qui suivent la naissance et est présente dès 2 mois. Elle traduit alors vraisemblablement une diminution de la laxité néonatale. Cependant, sa nature pathologique ne peut être affirmée que si elle est unilatérale, permettant un examen comparatif des deux hanches. Une différence de 20° ou plus entre les deux côtés justifie une échographie, et, après l'âge de 4 mois, une radiographie. Dans l'expérience des auteurs, la plupart des dysplasies de hanche étaient, par chance, unilatérales.