LHc : un traitement d’association initial à base de nivolumab est efficace et bien toléré

  • Ramchandren R & al.
  • J Clin Oncol
  • 21 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome de Hodgkin classique (LHc) de stade avancé et nouvellement diagnostiqué, une monothérapie à base de nivolumab, suivie d’un schéma à base de doxorubicine, de vinblastine et de dacarbazine (N-AVD), a permis d’obtenir une efficacité et une tolérabilité favorables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le LHc se caractérise par des altérations génétiques de 9p24.1, ce qui entraîne une surexpression des ligands 1 et 2 de mort programmée 1 (Programmed-Death-1 Ligands 1 and 2 ; PD-L1/PD-L2).

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II CheckMate 205 a été menée afin d’évaluer le schéma N-AVD ; ce résumé fait référence à la cohorte D, qui comprenait 51 patients atteints d’un LHc de stade avancé nouvellement diagnostiqué.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb ; Centre d’immuno-oncologie de l’Institut d’oncologie Dana Farber (Dana Farber Cancer Institute) ; Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; Fonds de la famille Miller.

Principaux résultats

  • 90 % des patients ont mené à terme le traitement d’association.
  • 59 % ont présenté un événement indésirable lié au traitement (EIT) de grade 3–4.
  • À la fin du traitement :
    • taux de réponse objective (TRO) de 84 % (IC à 95 % : 71–93 %) ;
    • taux de réponse complète (RC) de 80 % (IC à 95 % : 67–90 %).
  • Taux de survie à neuf mois :
    • taux de SSP de 92 % (IC à 95 % : 80–97 %) ;
    • taux de SG de 98 % (IC à 95 % : 86–100 %).
  • Chez 22 patients disposant d’échantillons évaluables :
    • Une expression plus élevée de PD-L1 dans les cellules de Hodgkin Reed-Sternberg était associée à une tendance vers une réponse plus favorable à la monothérapie à base de nivolumab (P = 0,096).
    • Une proportion plus importante de patients dont l’expression de PD-L1 se situe dans les 3e et 4e quartiles ont obtenu une réponse plus profonde et plus durable (P = 0,041).

Limites

  • Échantillon de taille limitée.