LHc R/R : le nivolumab permet d’obtenir des résultats favorables dans une analyse combinée

  • Amraee A & al.
  • Clin Transl Oncol
  • 9 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une méta-analyse suggèrent que le nivolumab, un inhibiteur de mort cellulaire programmée 1 (Programmed Cell Death-1, PD-1), a permis d’augmenter le taux de survie dans le cadre du traitement des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin classique en rechute/réfractaire (LHc R/R), et qu’il était bien toléré.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il pourrait s’agir de la première revue systématique à évaluer la réponse au nivolumab chez les patients atteints d’un LHc R/R.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée afin d’évaluer les résultats de survie chez 560 patients atteints d’un LH et traités par nivolumab.
  • Les données ont été obtenues à partir des bases de données International Medical Sciences, Web of Science, MEDLINE, SCOPUS, Index Copernicus, PubMed, DOAJ, Google Scholar, EBSCO-CINAHL et Persian.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La recherche menée dans les bases de données a mis en lumière sept études pertinentes.
  • Résultats de l’analyse combinée :
    • la SSP était comprise entre 58,25 et 86 % ;
    • le taux de réponse objective global était de 68 % (IC à 95 % : 64,1–72,1 % ; hétérogénéité : I2 = 40,19 % ; P = 0,123) ;
    • le taux de rémission partielle était de 52 % (IC à 95 % : 46,5–57,6 % ; hétérogénéité : I2 = 28,36 % ; P = 0,212) ;
    • le taux de rémission complète était de 16,8 % (IC à 95 % : 11,1–26,4 %) ;
    • le taux de SG était favorable.
  • Résultats après l’exclusion de l’aberration la plus importante, avec six études restantes :
    • taux de maladie stable de 19 % (IC à 95 % : 16–23 % ; hétérogénéité : I2 = 30 % ; P = 0,209).
  • Le nivolumab était généralement bien toléré, avec des événements indésirables gérables.

Limites

  • Le nombre d’articles pertinents à inclure dans l’étude était limité.