LHc extraganglionnaire primitif : une thérapie plus intensive pourrait être nécessaire

  • Yang M & al.
  • Hematology
  • 1 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un lymphome de Hodgkin classique extraganglionnaire primitif (LHc-EP) est associé à une durée de rémission significativement plus courte, à une augmentation du risque de rechute et à une réduction de la survie, comparativement au lymphome de Hodgkin classique ganglionnaire primitif (LHc-GP).
  • Des taux élevés de lactate déshydrogénase (LDH) et de plaquettes (PLT) sont des facteurs pronostiques de réduction de la SSP (P 

Pourquoi est-ce important ?

  • Peu de données sont disponibles concernant cette sous-population de patients.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les caractéristiques cliniques de 22 patients atteints d’un LHc-EP, comparativement à 274 patients témoins atteints d’un LHc-GP.
  • 68,2 % des patients étaient atteints d’une maladie de stade IV.
  • L’âge médian des patients était de 30 ans (intervalle : 15–69).
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Fondation des sciences naturelles de Pékin ; autres.

Principaux résultats

  • Les symptômes initiaux du LHc-EP étaient généralement associés au site d’origine de la maladie, mais pas à une hypertrophie superficielle non douloureuse des ganglions lymphatiques.
  • Traitements :
    • 86,4 % ont reçu le schéma ABVD (adriamycine, bléomycine, vincristine et dacarbazine) ;
    • 9,1 % ont reçu le schéma BEACOPP (bléomycine, étoposide, doxorubicine, cyclophosphamide, vincristine, procarbazine et prednisone).
  • Le taux de SSP à 5 ans était de 42,4 % chez les patients atteints d’un LHc-EP, contre 82,2 % chez les patients atteints d’un LHc-GP (P logarithmique par rangs = 18,775 ; P = 0,000).
  • Le taux d’incidence de rechute ou de progression était de 36,4 % chez les patients atteints d’un LHc-EP, contre 13,1 % chez les patients atteints d’un LHc-GP (P = 0,003).
  • Le taux de SG à 5 ans était de 64,6 % chez les patients atteints d’un LHc-EP, contre 97,7 % chez les patients atteints d’un LHc-GP (P logarithmique par rangs = 11,485 ; P = 0,001).
  • Des taux élevés de LDH et de PLT étaient des facteurs pronostiques de réduction de la SSP dans le cadre du LHc-EP (P 

Limites

  • Données rétrospectives.