LH réfractaire ou en rechute : le schéma ESHAOx démontre une activité modeste et offre une sécurité d’emploi acceptable dans le cadre d’un essai de phase II

  • Won YW & al.
  • Ann Hematol
  • 2 janv. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude de phase II portant sur la chimiothérapie de rattrapage à base d’étoposide, de méthylprednisolone, de cytarabine à haute dose et d’oxaliplatine (ESHAOx) a révélé une activité modeste et un profil de sécurité d’emploi acceptable chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH) réfractaire ou en rechute.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations concernant le traitement du LH réfractaire ou en rechute sont insuffisantes.
  • Les conclusions rapportées ici suggèrent que le schéma ESHAOx constitue une option viable.

Protocole de l’étude

  • Un essai multicentrique et non randomisé a été mené en ouvert afin d’évaluer le schéma ESHAOx en Corée (N = 36).
  • Les patients, atteints d’un LH réfractaire ou en rechute, ont reçu le schéma ESHAOx, composé d’étoposide 40 mg/m2 par voie intraveineuse (IV) aux jours 1 à 4, de méthylprednisolone 500 mg IV aux jours 1 à 5, de cytarabine 2 g/m2 IV au jour 5, et d’oxaliplatine 130 mg/m2 IV au jour 1 ; un maximum de 6 cycles a été administré à raison d’un cycle toutes les 3 semaines.
  • Financement : Centre national de cancérologie, Goyang, Corée.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse objective était de 72,2 % (33,3 % de réponses complètes ; 38,9 % de réponses partielles).
  • Le délai médian jusqu’à la progression était de 34,9 mois (IC à 95 % : 23,1–46,7).
  • Les événements indésirables hématologiques de grade 3 ou 4 les plus fréquents étaient :
    • Neutropénie : 43,2 %.
    • Thrombocytopénie : 27,0 %.
  • Les événements indésirables non hématologiques de grade 3 ou 4 les plus fréquents étaient :
    • Nausées : 8,1 %.
    • Anorexie : 5,4 %.
    • Mucite : 2,7 %.
    • Éruption cutanée : 2,7 %.
  • Une SG moins favorable était associée à un taux sérique élevé de cytokines du facteur de nécrose tumorale-α (P = 0,00005) et de protéine C-réactive (P = 0,0004).

Limites

  • Étude en ouvert et non randomisée.
  • Pas de groupe témoin.