LH R/R : le schéma GVDex pourrait être une alternative moins coûteuse et moins toxique au GVDoxil

  • Ganesan P & al.
  • Leuk Res
  • 11 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome de Hodgkin en rechute/réfractaire (LH R/R), le remplacement de la doxorubicine liposomale dans le schéma à base de gemcitabine, vinorelbine et doxorubicine liposomale (GVDoxil) par de la dexaméthasone à haute dose (GVDex) comme traitement de rattrapage de première intention (1L) a entraîné une réponse comparable, mais des coûts et une toxicité réduits.
  • Le schéma GVDex a également été efficace dans le cadre d’un traitement de rattrapage de deuxième intention (2L).  

Pourquoi est-ce important ?

  • Le GVDoxil est associé à une réponse supérieure dans ce contexte, mais aussi à un coût et une toxicité élevés.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une étude visant à examiner 2 à 3 cycles de GVDex comme traitement de rattrapage chez 48 patients adultes et pédiatriques atteints d’un LH R/R.
  • L’âge médian des patients était de 24 ans (intervalle : 5–63).
  • 58 % ont reçu GVDex comme traitement de rattrapage de 1L ; 42 % comme traitement de rattrapage de 2L ou au-delà.

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale (TRG) de 64 %, comprenant un taux de réponse complète (RC) de 51 % et un taux de réponse partielle (RP) de 13 %.
  • GVDex comme traitement de rattrapage de 1L :
    • TRG de 71 % ; RC de 61 % ; RP de 10 %.
  • GVDex comme traitement de rattrapage de 2L ou au-delà :
    • TRG de 50 % ; RC de 35 % ; RP de 15 %.
  • Chez les patients pédiatriques (n = 12) :
    • TRG de 58 % ; RC de 50 % ; RP de 8 %.
  • 31 % des patients n’ont présenté aucune toxicité ; 13 % et 8 % ont présenté une neutropénie fébrile de grades 3 et 4, respectivement.
  • Survie à 24 mois :
    • 60 % étaient en vie ; 49 % sont restés sans progression.

Limites

  • Données rétrospectives.