LH non traité auparavant : le traitement adapté selon la réponse précoce observée à la TEP engendre une SSP à 5 ans impressionnante

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Une SSP à 5 ans nettement améliorée a été observée chez des patients atteints d’un lymphome hodgkinien (LH) passés à un traitement par bléomycine, étoposide, doxorubicine, cyclophosphamide, vincristine, procarbazine et prednisone (BEACOPPesc) + radiothérapie des ganglions impliqués (RTGI) après résultat positif d’une tomographie à émission de positons (TEP) réalisée à la suite de 2 cycles de doxorubicine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine (ABVD). 

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe aucune méthode actuelle pouvant prédire quels patients peuvent bénéficier de l'absence de RTGI.

Conception de l’étude

  • Étude d’une stratégie adaptée à la réponse précoce selon la TEP chez 1 950 patients atteints de LH de stade I et II préalablement non traités.
  • Les patients ont été classés comme présentant une maladie favorable/défavorable selon les critères de l’Organisation européenne de recherche et de traitement du cancer (European Organisation for Research and Treatment of Cancer, EORTC).
  • Tous les patients ont r...