LF : R2-CHOP a été toléré et s’est montré efficace en cas de maladie à charge élevée

  • Tilly H & al.
  • Lancet Haematol
  • 1 sept. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome folliculaire (LF) à charge tumorale élevée non préalablement traité, un traitement de première intention par R2-CHOP (lénalidomide et R-CHOP [rituximab, cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine et prednisone]) a permis d’obtenir une efficacité claire et une tolérance acceptable.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association lénalidomide et rituximab a prouvé son efficacité chez les patients atteints d’un LF en rechute/réfractaire.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer un traitement de première intention par R2-CHOP chez 80 patients atteints d’un LF à charge tumorale élevée.
  • Traitement : Six cycles de R2-CHOP toutes les trois semaines, puis deux perfusions de rituximab à trois semaines d’intervalle.
  • Tous les patients étaient atteints d’une maladie de grade 1, 2 ou 3a, positive à CD20, et présentaient au moins un critère correspondant à une charge tumorale élevée.
  • 63 % des patients présentaient des facteurs de risque élevé selon l’indice pronostique international du lymphome folliculaire (Follicular Lymphoma International Prognostic Index ; score compris entre 3 et 5).
  • Financement : ministère de la Santé français, Celgene Corporation et Amgen France. 

Principaux résultats

  • 85 % des patients ont terminé les six cycles de R2-CHOP.
  • 94 % des patients (IC à 95 % : 86–98 %) ont répondu.
  • 74 % (IC à 95 % : 63–83 %) ont obtenu une réponse complète (RC ; y compris les RC non confirmées).
  • SSP à trois ans de 79 % (IC à 95 % : 68–87 %).
  • SG à trois ans de 95 % (IC à 95 % : 87–98 %).
  • 65 % des patients ont présenté une neutropénie de grade 4.
  • L’événement indésirable non hématologique le plus fréquent était la neuropathie périphérique, dont un seul cas a été d’une gravité supérieure à « légère ». 

Limites

  • Étude en ouvert et à bras unique.