Levothyrox® nouvelle formule : et si les patients avaient raison ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En France, plus de 2,5 millions de patients sont actuellement traités par la levothyroxine, en majorité par la spécialité Levothyrox ® . En mars 2017, une nouvelle formulation de Levothyrox ® a été autorisée dans laquelle seuls les excipients ont été modifiés, le lactose ayant été remplacé par du mannitol et de l’acide citrique. Cette nouvelle formule avait été demandée par les autorités françaises, afin d’améliorer la stabilité de l’ancienne.

Avant de lancer cette nouvelle formulation, une étude de bioéquivalence par rapport à l’ancienne a été réalisée. En effet, il est admis que si les deux produits sont bioéquivalents, un patient peut switcher de l’ancienne vers la nouvelle formule en conservant la même posologie, sans avoir besoin de refaire une recherche de la dose adaptée selon le taux de TSH ( Thyroid Stimulating Hormon ), comme cela est fait lors de l’initiation d’un traitement. Cependant, malgré le fait que la bioéquivalence ait été établie entre l’ancienne et la nouvelle formule de Levothyrox ® , au bout de 13 mois de commercialisation, plus de 30 000 patients (soit environ 1,43% des patients sous Levothyrox ® ) avaient déclaré des évènements indésirables liés au traitement après avoir switché vers la nouvelle formulation.

Dans une publication récente, les auteurs ont ré-analysé des données fournies par le laboratoire à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Il en ressort que dans une étude ayant démontré la bioéquivalence moyenne entre l’ancienne et la nouvelle formule de Levothyrox ® , plus de 50% des volontaires sains inclus étaient en réalité en dehors de l’intervalle fixé pour établir la bioéquivalence. A peu près autant se situaient au-dessus et au-dessous : le simple fait d’avoir effectué la moyenne a donc fait disparaître cette dispersion qui traduit des réponses individuelles différentes. Les résultats de cette analyse sont cohérents avec la diversité des signalements enregistrés au cours des derniers mois : certains patients se plaignent de signes d’hyperthyroïdie, tandis que d’autres, au contraire, signalent des signes d’hypothyroïdie. Cette publication apporte, pour la première fois, un fondement aux effets indésirables décrits par des milliers de patients depuis le changement de formulation du Levothyrox ®

Ainsi, la capacité d’une étude à garantir la possibilité de switcher de l’ancienne vers la nouvelle formulation de Levothyrox ® en se basant sur la bioéquivalence moyenne peut être remise en question… En effet, celle-ci ne reflète pas la dispersion des résultats et le fait que chaque patient ne semble pas réagir de la même manière aux deux formules de Levothyrox ® . Si l’on considère chaque patient individuellement, la bioéquivalence ne semble plus aussi certaine…

Cette nouvelle publication avance une hypothèse qui pourrait expliquer la variabilité des réactions mais reste à démontrer : le mannitol contenu dans la nouvelle formulation pourrait modifier l’absorption intestinale de la levothyroxine.

Cette variabilité individuelle vis-à-vis de la nouvelle formulation de Levothyrox ® doit être prise en compte lors du passage de l’ancienne à la nouvelle formule.