Leucémie lymphoblastique aiguë : un énoncé de position sur les greffes de cellules souches


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Groupe de travail européen sur la leucémie lymphoblastique aiguë de l’adulte (European Working Group for Adult Acute Lymphoblastic Leukemia, EWALL) et le Groupe de travail sur la leucémie aiguë de la Société européenne de greffe de moelle et de thérapie cellulaire (European Society for Blood and Marrow Transplantation, EBMT) ont publié un énoncé de position sur le recours à la greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) pour les adultes atteints d’une leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) à chromosome de Philadelphie négatif (Ph-négatif) en première rémission (RC1).

L’énoncé indique que l’allogreffe de CSH (aGCSH) est recommandée pour les patients atteints d’une LLA à Ph-négatif à risque élevé de rechute, la maladie résiduelle (MR) étant le prédicteur le plus important. Il est par conséquent recommandé de rendre obligatoire la surveillance de la MR par le biais de méthodes moléculaires ou de la cytométrie de flux. Le niveau acceptable de MR après un traitement d’induction est de -3 cellules de moelle osseuse ; après un traitement de consolidation, la MR doit être indétectable.

Pour les patients traités par des protocoles de chimiothérapie intensifiée qui obtiennent un statut négatif pour la MR, l’aGCSH en RC1 pourrait ne pas être requise, malgré la présence d’autres facteurs de risque élevé.

La myéloablation par irradiation corporelle totale (ICT) est la méthode de conditionnement privilégiée chez les jeunes patients. L’ICT pourrait être associée au cyclophosphamide ou à l’étoposide. Dans les cas où l’accès à l’ICT est limité, un conditionnement par chimiothérapie utilisant du busulfan ou du thiotépa peut être envisagé. Pour les patients âgés ou les patients atteints de comorbidités, un conditionnement à intensité réduite par ICT ou chimiothérapie est recommandé.