Lésions pulmonaires liées au vapotage : le nombre de cas dépasse les deux milliers


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le nombre de cas signalés de lésions pulmonaires associées à l’utilisation de produits destinés aux cigarettes électroniques ou au vapotage (e-cigarette or vaping product use-associated lung injury, EVALI) aux États-Unis (É.-U.) a franchi le seuil des deux milliers. 

La semaine dernière, les autorités des É.-U. ont confirmé qu’à la date du 5 novembre 2019, 2 051 cas d’EVALI avaient été signalés dans 49 États des É.-U., le district de Columbia et un territoire des É.-U. 39 décès ont été confirmés dans 24 États et dans le district de Columbia. 

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies des É.-U. (US Centers for Disease Control and Prevention, CDC) et l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) indiquent n’avoir toujours pas identifié la ou les causes des lésions pulmonaires chez ces cas. La seule similitude à l’ensemble des cas est que les patients ont déclaré avoir utilisé des produits destinés aux cigarettes électroniques ou au vapotage. Les autorités des É.-U. continuent d’inciter la population à s’abstenir d’utiliser ces produits.

Cet appel fait suite à la mise en garde de chercheurs la semaine dernière, selon laquelle il apparaît de plus en plus clairement que les cigarettes électroniques ont également des effets indésirables sur le système cardiovasculaire. Dans un article publié dans la revue Cardiovascular Research, les chercheurs ont indiqué que « les résultats actuels confirment que les cigarettes électroniques ne sont pas une alternative dénuée de risque à la fumée du tabac », ajoutant qu’« il convient de continuer à faire preuve d’une grande prudence et réserve concernant l’utilisation des cigarettes électroniques tant que leur profil de risque pour la santé n’est pas mieux établi ».