Les vidéos YouTube les plus visionnées sur la dermatite atopique pourraient être dangereuses


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

36 % des vidéos sur la dermatite atopique (DA) les plus visionnées sur YouTube pourraient être dangereuses pour les patients, selon une nouvelle recherche présentée lors de la récente réunion annuelle de l’Association britannique des dermatologues (British Association of Dermatologists). 

À l’heure où de nombreux patients considèrent ce site Internet comme une source d’informations médicales, les chercheurs ont étudié la qualité des 100 vidéos relatives à la DA les plus visionnées sur le site, à l’aide de l’échelle de qualité globale (Global Quality Scale, GQS) et de l’instrument DISCERN. Les vidéos ont été classées comme « utiles », « trompeuses » ou « potentiellement dangereuses », et les évaluations des spectateurs ont été corrélées aux scores GQS et DISCERN. Parmi les sujets majeurs abordés dans les vidéos figuraient les traitements topiques, l’éducation des patients, la nutrition et les traitements complémentaires et alternatifs (TCA). 

La moitié des vidéos ont été publiées par des particuliers et des promoteurs de TCA, tandis que les vidéos émanant d’établissements de santé et d’universités représentaient respectivement 21 % et 8 % des vidéos uniquement. 

Globalement, 46 % des vidéos ont été classées comme trompeuses et 36 % comme potentiellement dangereuses. Les chercheurs ont également déclaré que les contenus subjectifs anecdotiques et non scientifiques sont sur-représentés et que les spectateurs ne semblent pas reconnaître la qualité des vidéos.

« Il est urgent que les organisations professionnelles de dermatologie mettent en place des stratégies pour renforcer leur présence et leur visibilité sur YouTube », ont-ils affirmé.