Les troubles thyroïdiens sont associés à un risque plus faible de cancer colorectal

  • L'Heureux A & al.
  • JAMA Netw Open
  • 3 mai 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude populationnelle de cas-témoins, l’hypothyroïdie a été associée à un risque plus faible de cancer rectal, tandis que l’hyperthyroïdie a été associée à un risque plus faible de cancer du côlon.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer colorectal (CCR) est de plus en plus fréquent : il représente la quatrième plus grande cause de décès à Taïwan et la troisième plus grande cause de décès dans le monde.
  • Des études mécanistiques sont nécessaires afin de clarifier l’association inverse entre les troubles thyroïdiens et le CCR.

Protocole de l’étude

  • Une étude populationnelle nationale de cas-témoins a été réalisée à partir des données de la Base de données de recherche de l’assurance maladie taïwanaise pour la période 2008–2013.
  • Les antécédents de troubles thyroïdiens ont été comparés entre les nouveaux cas de CCR (n = 69 713 ; âge moyen : 65,8 ans) et les témoins sans CCR (n = 69 713 ; âge moyen : 66,0 ans).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’hyperthyroïdie (RC corrigé [RCc] : 0,77 ; P 
  • Chez les patients de 50 ans et plus, même en cas de traitement, l’hypothyroïdie était associée à une réduction de 46 % du risque de cancer rectal (RCc : 0,54 ; P 
  • Dans toutes les tranches d’âge (RCc : 0,74 ; P 

Limites

  • Étude de cas-témoins.
  • Ces résultats pourraient ne pas être généralisés à des populations d’origine ethnique non asiatique.
  • Population majoritairement masculine (57,2 %).