Les troubles musculo-squelettiques, principaux motifs d’inaptitude au travail

  • Lesage FX & al.
  • PeerJ
  • 1 janv. 2018

  • de Caroline Guignot
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les 51.132 salariés suivis (38,7 ans d’âge moyen), 398 cas d’inaptitude après un arrêt de travail ont été recensés, soit 7,8‰. Être une femme ou avoir plus de 50 ans étaient associés à un risque supérieur d’inaptitude (odds ratio ajusté (ORa) : 1,52 [1,21-1,91] et 2,63 [2,13-3,25]).
  • Les TMS représentaient 47,2% des cas d’inaptitude et les psychopathologies 38,4% d’entre eux. Le risque d’être concerné par une inaptitude pour TMS était associée au fait d’être une femme et augmentait avec l’âge (respectivement ORa 1,89 [1,35-2,66] et 2,63 [2,13-3,25] après 50 ans). Le fait de travailler dans le secteur de commerce de gros et de détail, réparation de véhicules automobiles, transport et entreposage, hébergement et restauration constituait un risque significatif indépendant de TMS (ORa: 3,65), les ouvriers étant particulièrement vulnérables (ORa: 8,13).
  • Parallèlement, le risque d’inaptitude pour psychopathologie concernait des sujets plus jeunes en moyenne (40,9 vs 46,0 ans pour ceux sans psychopathologie, p
  • Une étude menée sur un plus large effectif permettrait de conduire des analyses plus fines des facteurs et profils de risque.

Pourquoi est-ce important ?

La compréhension de l’association entre les caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles et l’inaptitude des salariés offre une meilleure connaissance des profils et secteurs concernés, préalable à une meilleure information, prévention et un meilleur accompagnement des salariés et des employeurs.

Méthodologie

L’étude a été conduite à partir des données 2014 issues des dossiers médicaux de santé au travail d’un service de médecine du travail de Montpellier rassemblant 17 médecins.

Principales limitations

Les maladies sévères comme les cancers sont probablement sous-évalués dans cette étude.

F inance me nt

L’étude a été financée par l’IRIST.