Les troubles de l’humeur périnataux influencent-ils le développement de l’enfant ?

  • Rogers A & al.
  • JAMA Pediatr

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Selon une revue et méta-analyse, il existe des associations faibles à modérées entre certains paramètres relatifs à l’enfant – développement socio-émotionnel, cognitif, langagier, moteur et adaptatif – et l’existence d’une dépression et/ou d’une anxiété avant et/ou après la naissance chez la mère. Ces informations sont un argument pour identifier et prendre en charge le plus précocement possible les troubles de l’humeur de celle-ci.

 

Les chercheurs ont conduit une revue de la littérature scientifique évoquant des études longitudinales sur le sujet et parue avant mars 2020. Ainsi, ils ont recensé 191 publications exploitables dans cette méta-analyse (majoritairement anglo-saxonnes, regroupant 195.751 dyades mère-enfant) dont une majorité se sont intéressées à la dépression maternelle (123 articles), une moindre proportion à l’anxiété (27 articles), le reste s’étant penché simultanément sur les deux. La méta-analyse a été menée à partir d’un modèle à effet fixe et d’un autre à effet aléatoire.

Principaux résultats

La dépression et/ou l'anxiété périnatales de la mère sont principalement associées à un impact délétère sur le développement socio-affectif, cognitif, comportement adaptatif, moteur, langagier avec des corrélations faibles à modérées selon le paramètre considéré et la période considérée (prénatale ou postnatale). L’association est parfois significative et identifiable jusqu’à l’âge de 18 ans de l’enfant.

Lorsque les deux sont combinées, elles impactent le développement socio-affectif, les capacités d'extériorisation et d'intériorisation ainsi que l'émotivité de l’enfant depuis les premiers temps du développement jusqu’à l'adolescence, de façon légère à modérée mais relativement constante avec l’âge. Par ailleurs, des associations modérées à importantes sont observées concernant le développement cognitif et le langage. Enfin, seule la dépression post-natale apparaît liée à des difficultés d’attachement de l’enfant.

Les auteurs soulignent que la plupart des publications incluses fondaient leurs résultats sur des autoquestionnaires remplis par les parents et/ou enfants, et évoquaient plus souvent des symptômes que des diagnostics. Enfin, elles ont majoritairement inclus une population occidentale éduquée et riches, limitant la généralisation de ces résultats. Malgré ces différentes limitations, l’homogénéité des données suggère qu’il existe bien un lien entre la santé mentale de la mère durant la période périnatale et le développement de l’enfant.