Les troubles de l’humeur et de l’anxiété comorbides sont associés aux troubles du spectre autistique


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de dépression, de trouble bipolaire et d’anxiété que celles sans TSA. C’est ce que suggère une étude publiée dans la revue JAMA Pediatrics.

L’étude a utilisé des données provenant d’une cohorte de naissance populationnelle composée de 31 220 personnes. Pour chacun des 1 014 participants présentant des TSA (âge médian lors du dernier suivi : 22,8 ans), 2 témoins appariés selon l’âge et le sexe sans diagnostic de TSA ont été sélectionnés de manière aléatoire dans la cohorte de naissance (n = 2 028 ; âge médian lors du dernier suivi : 22,4 ans).

Les patients atteints de TSA étaient significativement plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic clinique de trouble bipolaire (rapport de risque [RR] : 9,34 ; IC à 95 % : 4,57–19,06), de dépression (RR : 2,81 ; IC à 95 % : 2,45–3,22) et d’anxiété (RR : 3,45 ; IC à 95 % : 2,96–4,01), par rapport aux témoins.

Parmi les personnes atteintes de TSA, les incidences cumulées estimées à 30 ans d’âge étaient de 7,3 % (IC à 95 % : 4,8–9,7 %), de 54,1 % (IC à 95 % : 49,8–58,0 %) et de 50,0 % (IC à 95 % : 46,0–53,7 %), respectivement. Parmi les témoins, les taux étaient de 0,9 % (IC à 95 % : 0,1–1,7 %), de 28,9 % (IC à 95 % : 25,7–32,0 %) et de 22,2 % (IC à 95 % : 19,3–25,0 %), respectivement.

Les auteurs ont déclaré que ces résultats soutiennent l’importance d’une surveillance précoce et continue ainsi que des traitements ciblés pour répondre aux besoins psychiatriques des personnes atteintes de TSA.