Les traitements personnalisés arrivent dans le cadre de l’ACCP

  • Rainone M & al.
  • JAMA Oncol
  • 13 févr. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une revue appelle à un dépistage plus fréquent des mutations germinales chez les patients atteints d’un adénocarcinome canalaire pancréatique (ACCP), ainsi qu’à des recherches supplémentaires afin d’identifier des cibles thérapeutiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Près de 1 patient atteint d’un ACCP sur 10 présente une mutation germinale exploitable.

Points clés

  • Plusieurs ensembles de données récents ont révélé des données probantes de la présence d’altérations germinales pathogènes (AGP), à une fréquence d’environ 10 %.
    • Les plus fréquentes sont BRCA1, BRCA2 et ATM.
    • Les moins fréquentes incluent PALB2, MLH1, MSH2, MSH6, PMS2, CDKN2A et TP53.
    • Les fréquences cumulées sont comprises entre 3,8 % et 9,7 %.
  • Des mutations de BRCA1/2 ont été identifiées chez 3–7 % des patients atteints d’un ACCP.
  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) et le Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network, NCCN) recommandent désormais d’évaluer tous les patients atteints d’un ACCP pour détecter d’éventuelles AGP, même en l’absence de facteurs liés aux antécédents familiaux ou à l’origine ethnique.
  • Les options thérapeutiques influencées par les AGP comprennent :
    • le traitement par inhibiteur de point de contrôle dans le cadre de l’ACCP avec déficience du système de réparation des mésappariements et instabilité microsatellitaire ;
    • le traitement par inhibiteur de la poly-(ADP [adénosine diphosphate]-ribose) polymérase (c.-à-d., PARP) en approche d’entretien et traitement à base de platine dans le cadre de l’ACCP avec mutation de BRCA1/2 et PALB2.