Les traitements contre l’hypofertilité augmentent-ils le risque de cancer de l’ovaire ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Bien que les stimulants ovariens soient utilisés depuis près de 60 ans dans le traitement de l’hypofertilité, on ne sait toujours pas si leur administration augmente le risque de cancer de l’ovaire comparativement à la population générale et aux femmes hypofertiles non traitées par ces médicaments (l'infertilité augmentant elle-même le risque de cancer de l'ovaire).

Une revue Cochrane a déjà été publiée en 2013 sur ce sujet et vient d’être mise à jour en prolongeant la recherche bibliographique de février 2013 à novembre 2018. Au total, cette revue a inclus 13 études cas-témoins (dont 2 nouvelles) et 24 études de cohorte (dont 9 nouvelles), ce qui représente un total de 4.684.724 femmes.

Parmi les études de cohortes prises en compte, 2 d’entre elles ont rapporté une incidence accrue de cancer invasif de l'ovaire chez les femmes hypofertiles exposées comparativement aux femmes non exposées :

  • Une étude avec un rapport d'incidence standardisé (RIS) de 1,19 (IC95% : 0,54-2,25) basé sur 17 cas de cancer.
  • Une autre étude avec un rapport de risque (RR) de 1,93 (IC95% : 1,18-3,18), ce risque étant accru chez les femmes demeurant nullipares (n’ayant pas été enceintes) après avoir utilisé du citrate de clomifène (RR 2,49 ; IC95% : 1,30-4,78) par rapport aux femmes multipares (RR 1,52 ; IC95% : 0,67-3,42).

Certaines études ont également mis en évidence une augmentation du risque de tumeurs ovariennes borderline. Par exemple, l'une des 37 études incluses a rapporté un développement de ce type de tumeurs multiplié par deux chez les femmes après plus de quatre cycles de progestérone mais le nombre de cas inclus dans ce groupe était très faible. Une autre étude a également suggéré un risque accru de tumeur ovarienne borderline chez les femmes infertiles traitées au citrate de clomifène comparativement aux femmes infertiles qui n'ont pas subi de traitement pour concevoir.

En conclusion, les médicaments contre l'infertilité peuvent augmenter légèrement le risque de cancer de l'ovaire et de tumeurs ovariennes borderline chez les femmes hypofertiles traitées avec des médicaments contre l'infertilité comparativement à la population générale ou aux femmes hypofertiles non traitées. Ce risque semble légèrement plus élevé chez les femmes nullipares que chez les femmes multipares. Cependant, aucune étude n'a fourni de données de certitude modérée ou élevée et le risque doit être examiné en tenant compte d'autres facteurs comme l'âge, l'indice de masse corporelle, la parité, les facteurs génétiques (ex : antécédents familiaux de cancer de l'ovaire), l'étiologie de l'infertilité et avec des périodes de suivi plus longues.