Les TIF s’avèrent sous-optimaux à long terme dans la prévention du CCR proximal

  • Ann Intern Med

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les tests immunochimiques fécaux (TIF) pourraient être sous-optimaux dans la prévention du cancer colorectal (CCR) proximal au cours de multiples vagues de dépistage par TIF, ce qui pourrait être lié au glissement progressif, lié à l’âge, des cancers du côlon gauche au profit du côlon droit.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à apporter des données concernant l’efficacité de multiples dépistages par TIF dans la détection des adénomes et des CCR invasifs avancés proximaux et distaux.

Protocole de l’étude

  • 123 347 personnes ont fait l’objet de six vagues de dépistage par TIF.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Tumeurs détectées :
    • Côlon proximal : 200 CCR, 1 704 adénomes au stade avancé et 2 949 adénomes au stade non avancé.
    • Côlon distal : 324 CCR, 3 703 adénomes au stade avancé et 3 095 adénomes au stade non avancé.
    • Rectum : 209 CCR, 1 220 adénomes au stade avancé et 871 adénomes au stade non avancé.
  • Le taux de détection du CCR était significativement plus élevé dans le côlon distal (0,73/1 000 patients) que dans le côlon proximal (0,45/1 000 patients ; P 
  • Le taux de détection était plus élevé chez les hommes que chez les femmes, quelle que soit la localisation.
  • Après cinq vagues de dépistage chez des hommes et des femmes âgés de 50 à 64 ans, le taux d’incidence cumulée pour l’adénome au stade avancé était de 18,3 dans le côlon proximal, 38,0 dans le côlon distal et 14,0 dans le rectum.
  • Le taux d’incidence proportionnelle de cancer était de 6 % dans le côlon distal, 9,9 % dans le rectum et 25,2 % dans le côlon proximal.

Limites

  • Surestimation possible de la sensibilité des TIF au cours des dernières vagues.