Les thérapies cognitivo-comportementales par Internet (TCC-I)

  • Lewis C & al.
  • Cochrane Database Syst Rev
  • 14 déc. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Que sait-on sur le sujet ?

Un événement traumatique grave peut conduire à un syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Les sujets revivent l’événement sous forme de pensées angoissantes et de cauchemars. L’humeur devient négative, et l’individu facilement irritable peut subir des troubles du sommeil et/ou de la concentration. Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont parmi les plus efficaces, mais souffrent d’un nombre limité de thérapeutes formés et de contraintes logistiques (prise de rendez-vous durant les heures de travail, déplacement).

Qu’apporte cette revue ?

Internet a fortement facilité l’accès à ces thérapies permettant de dispenser une psychothérapie à distance avec ou sans accompagnant. Bien qu’utilisées en routine pour les troubles dépressifs et l’anxiété, les TTC-I n’ont jusqu’à présent bénéficié que de peu d’études dans le SSPT.

Suite à une analyse de la littérature jusqu’en mars 2018, 10 études (n=720 participants) s’étant intéressées aux TCC-I visant à réduire les symptômes de SSPT ont été mises en évidence et intégrées à cette revue Cochrane. Celles-ci révèlent les informations suivantes :

  • Les TCC-I seraient plus efficaces que l’absence de traitement (8 études, données probantes de très faible qualité).
  • Les TCC-I ne seraient pas significativement différentes en termes d’efficacité que d’autres psychothérapies dispensées par Internet (2 études, données probantes de très faible qualité).
  • Aucune étude comparant les TCC-I à une psychothérapie dispensée par un thérapeute ou à un programme d’éducation sur Internet concernant le SSPT n’a été mise en évidence.
  • Aucune étude n’a été mise en évidence non plus permettant de déterminer si les personnes qui ont reçu une TCC-I estimaient qu’il s’agissait d’un traitement acceptable ou efficace en termes d’amélioration de leur qualité de vie.
  • Aucune étude n’a évalué non plus la rentabilité des TCC-I.

Perspectives et impact en pratique

Cette revue de la littérature montre un manque probant de données sur le sujet et la nécessité de mettre en place des études pour pouvoir statuer sur l’utilisation des TCC-I en routine pour le traitement du SSPT.