Les taux de thérapie de remplacement rénal sont systématiquement plus élevés chez les hommes


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle analyse a révélé que les taux de tous les types de thérapie de remplacement rénal (TRR) dans les pays européens ont été systématiquement plus élevés chez les hommes que chez les femmes au cours des cinq dernières décennies. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont analysé les données de 9 pays ayant rapporté des informations au registre de l’Association rénale européenne-Association européenne de dialyse et de transplantation (European Renal Association-European Dialysis and Transplant Association, ERA-EDTA), entre 1965 et 2015, afin d’examiner les différences entre les sexes concernant les TRR au cours du temps. Les données de 230 378 patients ayant reçu une TRR ont été incluses. Parmi ces patients, 89 132 étaient des femmes. 

Même si les femmes sont plus nombreuses que les hommes à être touchées par une insuffisance rénale chronique, les auteurs ont découvert que les taux d’incidence et de prévalence pour l’ensemble des modalités de TRR étaient systématiquement plus élevés chez les hommes. Par ailleurs, les auteurs ont noté que les rapports hommes-femmes, calculés pour les cas incidents et prévalents de patients ayant fait l’objet d’une TRR, s’accroissaient avec l’âge, en montrant une constance au cours des décennies et pour chaque pays pris individuellement, malgré des changements marqués concernant la néphropathie primaire. Ils ont également signalé que le rapport hommes-femmes était plus élevé pour la transplantation rénale chez les patients diabétiques.

Les auteurs affirment que de plus amples recherches sont nécessaires pour mieux comprendre si les résultats sont liés à la biologie, à l’accès aux soins ou à d’autres raisons.

La recherche a été publiée dans la revue Clinical Journal of American Society of Nephrology (CJASN).