Les taux de lipides ne médient pas l’association entre la densité mammaire et le cancer du sein

  • Lucht SA & al.
  • Cancer Causes Control
  • 1 juil. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse des données des Études sur la santé du personnel infirmier (NHS et NHSII) n’a identifié aucune association entre le taux de lipides et la densité mammographique, et aucun effet du taux de lipides sur l’association entre la densité mammographique élevée et le cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude n’appuie pas l’opinion largement répandue selon laquelle un taux de lipides élevé, par le biais du rôle de ces derniers dans la biosynthèse des hormones stéroïdiennes, pourrait expliquer l’association entre la densité mammographique élevée et le cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Deux analyses des données des études NHS et NHSII ont été menées :
    • Une analyse transversale a évalué le taux de cholestérol total (n = 1 502), le taux de lipoprotéines de haute densité (HDL-C ; n = 579) et le taux de triglycérides (n = 655) en relation avec la densité mammographique en pourcentage (DMP), chez des femmes en bonne santé.
    • Une analyse cas-témoins emboîtée (cas de cancers/témoins appariés) a révélé les résultats suivants : 937/975 pour le taux de cholestérol, 416/449 pour le taux de HDL-C, et 506/537 pour le taux de triglycérides en relation avec la DMP.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; autres.

Principaux résultats

  • L’analyse transversale n’a identifié aucune association entre les trois types de lipides circulants et la DMP moyenne chez les femmes en bonne santé, indépendamment du statut ménopausique.
  • L’étude cas-témoins a confirmé qu’une DMP élevée, comparativement à une DMP faible, est associée à un risque plus élevé de cancer du sein (rapport de cotes [RC] : 2,27 ; IC à 95 % : 1,75–2,94) chez les femmes ménopausées.
    • Cette association n’était pas influencée par le taux de cholestérol total (Ppour l’interaction = 0,83), le taux de HDL-C (Ppour l’interaction = 0,80) ou le taux de triglycérides (Ppour l’interaction = 0,34).

Limites

  • Aucune donnée concernant les autres biomarqueurs lipidiques.