Les taux de diagnostics de cancer chutent pendant la pandémie de COVID-19

  • Dinmohamed AG & al.
  • Lancet Oncol
  • 30 avr. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les diagnostics de cancer ont chuté après le début de la flambée de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), en particulier les cancers de la peau.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le COVID-19 perturbe les dépistages essentiels de cancers.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir des données du Registre du cancer des Pays-Bas (du 24 février au 12 avril 2020).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Après le premier cas confirmé de COVID-19 aux Pays-Bas le 27 février, les diagnostics de cancer ont chuté, et la baisse la plus importante a été enregistrée pour les cancers de la peau.
  • Pour chaque semaine calendaire, les taux de diagnostics de cancer et de diagnostics de cancer de la peau, respectivement, étaient comme suit, comparativement aux taux normaux : 
    • Semaine calendaire se terminant le 24 février : 81 % et 75 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 2 mars : 73 % et 64 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 9 mars : 87 % et 74 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 16 mars : 91 % et 56 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 23 mars : 81 % et 45 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 30 mars : 75 % et 39 %.
    • Semaine calendaire se terminant le 6 avril : 74 % et 40 %.
  • Les résultats ont été diffusés afin d’encourager :
    • les personnes à consulter leur médecin généraliste en cas de symptômes troublants ;
    • les médecins généralistes à orienter les cas suspects vers des spécialistes ;
    • le redémarrage des programmes nationaux de dépistage du cancer mis en pause.
  • Des efforts ont été faits pour contrer l’impression erronée qu’un contrôle inadéquat de l’infection pourrait entraîner un risque plus élevé de contracter le COVID-19 dans un contexte de soins de santé et que les soins oncologiques essentiels étaient limités par des contraintes liées aux ressources.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.