Les taux de césarienne dépassent 40 % dans certains pays de l’UE


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Au moins 1,4 million de césariennes ont été pratiquées dans l’Union européenne (UE) en 2017. Des disparités importantes ont cependant été constatées en fonction des pays où ces procédures ont été pratiquées. 

Les données publiées par Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne, montrent que, dans la plupart des États membres de l’UE, entre 200 et 390 césariennes ont été pratiquées pour 100 000 habitants en 2017.

Les césariennes étaient le plus fréquemment pratiquées à Chypre, où elles ont représenté plus de la moitié de l’ensemble des naissances viables (54,8 % de l’ensemble des naissances viables en 2017). Viennent ensuite la Roumanie (44,1 %), la Bulgarie (43,1 %), la Pologne (39,3 %) et la Hongrie (37,3 %). 

La part la plus faible des césariennes a été constatée en Finlande (16,5 %), en Suède (16,6 %), en Estonie et en Lituanie (19,4 % dans ces deux pays) et en France (19,7 %).

Les données d’Eurostat montrent également qu’il y a eu une augmentation des hystérectomies laparoscopiques dans les pays de l’Union européenne ces dernières années. Au total, 20 des 22 États membres de l’UE pour lesquels des données sont disponibles pour 2012 et 2017 ont rapporté une augmentation du nombre d’hystérectomies laparoscopiques. Chypre et la Slovénie ont fait exception. Trois États membres, à savoir Malte, la Roumanie et la Suède, ont signalé que la fréquence de cette procédure avait plus que doublé, tandis qu’elle a quadruplé en Hongrie.