Les symptômes de la maladie de Parkinson s’améliorent avec l’activité physique et des exercices cognitifs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le fait de suivre un schéma multimodal (MM) d’exercices comprenant des exercices physiques et des exercices cognitifs pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie de Parkinson (MP). C’est ce que suggère une recherche présentée lors de la récente conférence pour les chercheurs en début de carrière de la Société de physiologie (Physiological Society) intitulée Future Physiology 2019: Translating Cellular Mechanisms into Lifelong Health Strategies (Physiologie du futur 2019 : traduire les mécanismes cellulaires en stratégies pour la santé à toutes les étapes de la vie).

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont étudié 25 patients plus âgés atteints de la maladie de Parkinson qui ont suivi un schéma MM hebdomadaire pendant plus d’un an. Les participants ont été évalués tous les quatre mois pendant un an (n = 25), deux ans (n = 18) et trois ans (n = 8). Les résultats ont été comparés à ceux d’un groupe apparié selon l’âge de 20 adultes plus âgés en bonne santé et de 20 participants atteints de la MP ne pratiquant pas les exercices. 

Les auteurs ont rapporté que les patients du groupe ayant suivi le programme MM présentaient une amélioration aux tests d’une minute assis/debout et du score au mini-examen mental sur la maladie de Parkinson (Mini-Mental Parkinson, MMP) et aucun autre changement significatif sur le plan de la santé, de la cognition et la fonction physique sur une période d’un an, de deux ans et de trois ans. Les exercices ont également réduit la différence concernant les scores aux critères d’évaluation entre les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et les adultes en bonne santé. 

« Déterminer la bonne série d’exercices, comprenant à la fois des exercices cognitifs et des exercices physiques, pour améliorer le traitement de la maladie de Parkinson constitue une étape importante dans le but d’offrir une meilleure qualité de vie aux patients atteints de cette affection. Cette recherche œuvre à perfectionner cette série d’exercices, afin que les patients puissent ensuite les réaliser avec ou sans assistance chez eux », a déclaré l’auteur, Anna Ferrusola-Pastrana.