Les symptômes de la BPCO sont réduits de moitié avec la dénervation pulmonaire ciblée


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats initiaux de l’essai clinique de phase II AIRFLOW 2 suggèrent que la dénervation pulmonaire ciblée (DPC) pourrait réduire les symptômes de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) de plus de 50 % chez les patients qui reçoivent déjà un traitement médical agressif.

L’étude multicentrique menée auprès de 82 patients a rapporté que trois à six mois après le traitement, 32 % des participants qui avaient fait l’objet d’une DPC ont présenté un événement indésirable lié à la BPCO contre 71 % de ceux qui avaient fait l’objet d’une intervention simulée. Le bénéfice a perduré, les hospitalisations pour cause de trouble respiratoire au cours de la première année ayant diminué de plus de moitié, par rapport au bras de l’intervention simulée.

Présentant les résultats lors du Congrès international de la Société respiratoire européenne (European Respiratory Society, ERS) qui se déroule cette semaine, l’investigateur principal, le docteur néerlandais Dirk-Jan Slebos a déclaré : « Nous avons été en mesure de réduire significativement les symptômes respiratoires chroniques comme la difficulté respiratoire, les exacerbations de la maladie, les infections et les hospitalisations dans un groupe de patients atteints de BPCO qui sont déjà sous traitement médical agressif.

Une tendance à l’amélioration de la qualité de vie et de la fonction pulmonaire a également été constatée chez les patients traités. Cela a d’importantes implications pour la qualité de vie des patients et pour les coûts des soins de santé, car ces événements ont un impact significatif sur le coût des soins apportés à ces patients », a-t-il affirmé.