Les survivantes d’un cancer du sein présentent un risque supplémentaire de second cancer primitif selon une analyse de la base de données SEER

  • Wei JL & al.
  • Int J Clin Oncol
  • 19 mars 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les survivantes d’un cancer du sein pourraient présenter un risque accru de second cancer primitif (SCP), lequel est associé à un pronostic plus défavorable et pourrait être dû à l’exposition à la chimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que les dépistages des SCP doivent être plus fréquents chez les survivantes d’un cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 442 234 survivantes d’un cancer du sein de stade I–III (2000–2014) a été analysée.
  • L’analyse consistait à comparer les survivantes d’un cancer du sein à la population générale, par le biais du ratio standardisé d’incidence (RSI).
  • Financement : aucune source n’a été communiquée.

Principaux résultats

  • L’incidence globale de SCP pour l’ensemble des sites était 15 % plus élevée chez les survivantes d’un cancer du sein que dans la population générale (RSI : 1,15 ; IC à 95 % : 1,14–1,16).
    • Les SCP les plus fréquents étaient des cancers du sein (33,4 %), du système digestif (16,9 %), du poumon et des bronches (13,4 %), du système génital (10,4 %), du système lymphatique et hématopoïétique (7,6 %), du système urinaire (5,1 %) et de la thyroïde (3,3 %).
  • La survenue d’un SCP (comparativement à un cancer du sein sans SCP) était associée à une réduction de la survie spécifique au cancer du sein et de la SG (P 
  • L’exposition à la chimiothérapie était associée à une incidence plus élevée de SCP pour l’ensemble des sites, à l’exception du lymphome (RSI : 0,80 ; IC à 95 % : 0,72–0,88), du myélome (RSI : 0,85 ; IC à 95 % : 0,71–1,01) et de la leucémie lymphocytaire chronique (RSI : 0,57 ; IC à 95 % : 0,43–0,74).

Limites

  • Étude ayant un protocole rétrospectif et observationnel.
  • Absence d’informations concernant le type de chimiothérapie.