Les survivantes d’un cancer du sein font face à un risque accru de LMA et de SMD, selon une étude française

  • Jabagi MJ & al.
  • JAMA Netw Open
  • 4 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les survivantes d’un cancer du sein font face à un risque accru de leucémie myéloïde aiguë (LMA) et de syndrome myélodysplasique (SMD), ainsi que, dans une moindre mesure, de leucémie lymphoblastique aiguë/lymphome lymphocytaire (LLA/LL) et de myélome multiple (MM), comparativement à la population générale de sexe féminin.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patientes ayant eu un cancer du sein vivent plus longtemps.
  • Il s’agit de la première cohorte aussi complète et d’aussi grande envergure ; elle a évalué six hémopathies malignes.
  • Les patientes doivent être surveillées pour le risque de LMA et de SMD (connu grâce à des études de plus petite envergure), mais également pour le risque de LLA/LL et de MM, identifié ici pour la première fois.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 439 704 cancers du sein incidents, issus de la base de données de l’assurance maladie française (2006–2015), a été suivie pour détecter la survenue éventuelle de 6 hémopathies malignes au moins 6 mois après un diagnostic de cancer du sein.
  • Les risques absolu et relatif d’hémopathies malignes, comparativement à l’ensemble des femmes de la population générale française faisant partie du régime général de l’assurance maladie français (2007–2015), ont été évalués.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 5 ans.
  • Le risque relatif était significativement plus élevé pour quatre des six hémopathies malignes évaluées :
    • LMA : ratio du taux d’incidence standardisé (RTIS) de 2,8 (IC à 95 % : 2,5–3,2) ;
    • SMD : RTIS de 5,0 (IC à 95 % : 4,4–5,7) ;
    • MM : RTIS de 1,5 (IC à 95 % : 1,3–1,7) ;
    • LLA/LL : RTIS de 2,0 (IC à 95 % : 1,3–3,0).
    • Aucune différence n’a été observée pour les tumeurs myéloprolifératives et les lymphomes de Hodgkin/non hodgkiniens.

Limites

  • Aucune validation externe des cancers.