Les streptocoques du groupe B sont responsables de 147 000 décès néonatals chaque année

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
Les infections aux streptocoques du groupe B (SGB) entraînent près de 150 000 mortinaissances et décès de nourrissons chaque année, selon les premières estimations complètes du fardeau mondial que font peser les SGB.

Une équipe internationale composée de plus de 100 chercheurs a examiné les données sur les naissances viables en 2015 afin d’estimer l’exposition à la colonisation par SGB chez les mères, les cas de maladie invasive par SGB chez les nourrissons ainsi que les décès et incapacités en lien avec les SGB.

Les résultats, rapportés dans la revue Clinical Infectious Diseases, suggèrent que l’on dénombre 410 000 cas d’infections aux SGB chaque année avec au moins 147 000 mortinaissances et décès de nourrissons dans le monde.

En se basant sur ces chiffres, 18 % des femmes enceintes sont porteuses de la bactérie, cette proportion variant de 11 % en Asie de l’Est à 35 % dans les Caraïbes. Même si l’Afrique n’abrite que 13 % de la population mondiale, ce continent a accusé le fardeau le plus élevé avec 54 % des cas estimés et 65 % des mortinaissances et décès de nourrissons. Les cinq premiers pays concernant le nombre de femmes enceintes colonisées se sont avérés être l’Inde, la Chine, le Nigeria, les États-Unis et l’Indonésie.

L’analyse montre pour la première fois qu’un vaccin contre les SGB administré chez la mère, qui s’est avéré efficace à 80 % et qui a concerné 90 % des femmes, pourrait potentiellement éviter 231 000 cas d’infections aux SGB chez la mère et le nourrisson.