Les stérilets et les implants hormonaux font-ils grossir ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Les méthodes de contraception réversibles de longue durée d’action (MRLD) sont efficaces, bien tolérées et économiquement intéressantes. Ces méthodes incluent le dispositif intra-utérin au cuivre (DIU-cuivre), le système intra-utérin au lévonorgestrel (SIU-LNG) et l’implant transdermique à base d’étonogestrel (implant-ENG). Ces méthodes seraient jusqu’à 20 fois plus efficaces que les pilules contraceptives et les patchs. La prise de poids est un effet indésirable qui conduit fréquemment à l’arrêt de la contraception. Si les variations de poids sont plus fréquemment rapportées chez les utilisatrices d’acétate de médroxyprogestérone, des changements ont également été signalés sous MRDL. Une étude évalue justement les changements de la composition corporelle après 12 mois d’utilisation, chez les utilisatrices de SIU-LNG et d’implants-ENG par rapport à des utilisatrices de DIU-cuivre (référence non hormonale).

Méthodologie

  • Étude prospective basée sur la cohorte de l’étude CHOICE (Contraceptive CHOICE project), qui a offert gratuitement des méthodes contraceptives réversibles à plus de 9.000 femmes américaines âgées de 14 à 45 ans. Ces femmes ont eu un suivi durant 2 à 3 ans.
  • Les critères d’éligibilité pour l’étude CHOICE étaient la pratique d’une activité sexuelle ou la planification d’une activité sexuelle avec un partenaire masculin, la volonté d’initier une nouvelle contraception et l’absence de troubles métaboliques, de troubles alimentaires ou d’une modification du poids corporel de plus de 5% au cours des 6 derniers mois. Après avoir reçu des informations sur les différentes méthodes contraceptives les participantes pouvaient choisir entre un SIU-LNG (Mirena®), un implant-ENG (Implanon®) et un DIU au cuivre (ParaGard®).
  • Les participantes ont été enrôlées entre Décembre 2010 et Juillet 2013.
  • Le critère principal d’évaluation était la variation de la composition corporelle après 12 mois d’utilisation de la méthode contraceptive, incluant les mesures de la masse corporelle totale, de la masse grasse et de la masse maigre corporelles totales, et du pourcentage de masse grasse.
  • L'activité physique (durée, intensité, type d'activité) a été évaluée à l'inclusion et à 12 mois, en utilisant un questionnaire spécifique.
  • Enfin, un questionnaire auto-administré a évalué les habitudes alimentaires, ainsi que les aspects cognitifs de restriction alimentaire, de désinhibition et de faim.

Résultats

  • Les données de 149 femmes ont été analysées : 85 utilisatrices de SIU-LNG, 33 d’implant-ENG et 31 de DIU au cuivre.
  • L’âge moyen des participantes était de 25,9 ans, 56,4% étaient d’origine caucasienne, 67,6% étaient nullipares.
  • Concernant les caractéristiques démographiques, il n’y avait pas de différence significative chez les femmes ayant terminé l’étude quelle que soit la méthode contraceptive choisie.
  • La masse corporelle maigre avait augmenté au cours des 12 mois de suivi chez les femmes ayant choisi la contraception par SIU-LNG (464,7 g [45,8-883,5], p=0,03), et DIU au cuivre (788,8 g [99,6-1.477,9], p=0,03) mais pas chez les utilisatrices d’implant-ENG (324,0 g [-456,9 à 1.104,9], p=0,40). Cependant, le poids corporel et la composition corporelle ne différeraient pas entre les groupes.
  • Le groupe sous implant-ENG a présenté une dépense énergétique (activité physique) supérieure au groupe sous DIU au cuivre après 12 mois (différence moyenne quotidienne entre les deux groupes : 1,67 MET [IC95% : 0,006-3,20], p<0,05).

Limitations

  • Les femmes incluses provenaient toutes d’une même région géographique et ne présentaient ni troubles du comportement alimentaire, ni variations importantes du poids dans un passé récent.
  • Plus d’un tiers des participantes ont été perdues de vue à cause de l’arrêt de la méthode contraceptive à 12 mois malgré un suivi beaucoup plus long.
  • Les femmes n’ont pas été randomisées sur les trois groupes.
  • Les femmes ayant été informées que l’étude évaluait les variations de poids pouvaient avoir eu une attention particulière sur la pratique d’une activité physique et sur leur comportement alimentaire.

À retenir

Il n’y a pas eu de différence en ce qui concerne les variations de poids ou la composition corporelle chez les utilisatrices de SIU-LNG, implant-ENG ou DIU au cuivre après 12 mois d’utilisation. De nouvelles études incluant un nombre plus important de sujets dans chaque groupe sont nécessaires pour confirmer ces résultats.