Les soins palliatifs sont de plus en plus utilisés dans le cadre du cancer du poumon métastatique

  • Huo J & al.
  • Cancer
  • 26 août 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La proportion de patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) métastatique recevant des soins palliatifs a été multipliée par plus de 8 entre 2001 et 2013.

Pourquoi est-ce important ?

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology) recommande que tous les patients atteints d’un cancer avancé bénéficient de soins palliatifs.

Protocole de l’étude

  • 69 414 patients âgés de 65 ans et plus, atteints d’un CBNPC métastatique nouvellement diagnostiqué entre 2001 et 2013 et issus de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results)-Medicare, ont été évalués.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, 14,9 % des patients ont reçu des soins palliatifs au cours de l’année suivant le diagnostic.
  • La proportion de patients recevant des soins palliatifs est passée de 3,6 % à 31,9 % au cours de la période de l’étude (Ptendance tendance 
  • Le fait de recevoir des soins palliatifs était significativement plus probable chez les personnes diagnostiquées en 2013, comparativement à celles diagnostiquées en 2011 (rapport de cotes corrigé [RCc] : 12,65 ; P 
  • Environ 53,5 % des patients ont reçu des soins dans un hôpital, 27,6 % dans une clinique ambulatoire, 13,3 % dans un centre de soins palliatifs, 3,2 % dans un établissement de soins infirmiers qualifiés et 2,4 % à leur domicile.
  • 18,7 % des patients ont reçu des soins palliatifs au sein de plusieurs environnements au cours de l’année suivant le diagnostic.

Limites

  • L’étude n’incluait pas de patients de moins de 65 ans ou de patients ayant commencé à recevoir des soins palliatifs plus d’un an après le diagnostic.