Les soins dentaires préopératoires pourraient réduire les complications postopératoires suite à une chirurgie pour un cancer


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des soins buccaux préopératoires apportés par un dentiste pourraient réduire significativement les complications postopératoires chez les patients faisant l’objet d’une chirurgie pour un cancer. C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée dans la revue British Journal of Surgery .

Ces résultats interviennent dans un contexte où les bénéfices potentiels des soins buccaux apportés par les dentistes pour la réduction des complications suscitent l’intérêt. Des études ont en effet montré que les soins buccaux dispensés par les dentistes étaient significativement meilleurs que les soins buccaux de routine s’agissant de la réduction des cas de pneumonie associée à un respirateur. Toutefois, il n’était pas clairement établi jusqu’à présent si des soins buccaux préopératoires pouvaient réduire les cas de pneumonie et la mortalité postopératoires.

Pour cette dernière étude, les chercheurs ont analysé les données de 509 179 patients ayant fait l’objet d’une résection d’un cancer de la tête et du cou, d’un cancer œsophagien, gastrique, colorectal, pulmonaire ou hépatique entre mai 2012 et décembre 2015 à partir de la base de données administrative nationale de demandes de remboursement du Japon. Parmi eux, 81 632 patients (16 %) ont reçu des soins buccaux préopératoires de la part d’un dentiste. 

Quelque 15 724 patients (3,09 %) ont développé une pneumonie postopératoire et 1 734 (0,34 %) sont décédés dans les 30 jours suivant la chirurgie. Les auteurs ont découvert que des soins buccaux préopératoires apportés par un dentiste étaient significativement associés à une diminution du taux de pneumonie postopératoire (3,28 % contre 3,76 %) et du taux de mortalité toutes causes confondues dans les 30 jours suivant la chirurgie (0,30 % contre 0,42 %).

« Ces résultats pourraient aider à améliorer les stratégies de prévention des complications postopératoires », ont indiqué les auteurs.