Les services de prise en charge des céphalées pour les personnes souffrant de migraine sont d’une « désolante médiocrité »


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouvelles données montrent une prise en charge des céphalées « d’une désolante médiocrité » dans les pays européens.

L’initiative Eurolight a recueilli des données sur les troubles liés aux céphalées à l’aide d’enquêtes menées dans 10 pays de l’Union européenne (UE) : Allemagne, Autriche, Espagne, France, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas et Royaume-Uni. L’échantillon a inclus 3 466 adultes atteints de migraine, parmi lesquels 1 175 ont rapporté des migraines fréquentes (plus de 5 jours/mois).

Dans des échantillons basés sur la population, seuls 9,5 %–18,0 % des participants atteints de migraine ont consulté un médecin généraliste et seuls 3,1 %–15,0 % ont consulté un médecin spécialiste. Entre 3,4 % et 11 % des participants recevaient des triptans, l’Espagne se situant bien au-delà avec 22,4 %. Parmi l’échantillon, 1,6 %–6,4 % ont reçu des médicaments préventifs, l’Espagne se détachant encore une fois avec 13,7 %. Les proportions de patients recevant des triptans et des médicaments préventifs se sont avérées plus élevées dans les échantillons de participants ayant consulté un médecin généraliste (13,6 %–24,5 % et 4,4 %–9,1 %, respectivement).

Les chiffres suggèrent que les participants atteints de migraine qui avaient consulté des médecins spécialistes (3,1–33,8 %) recevaient les meilleurs soins, selon ces indicateurs ; ceux traités par les médecins généralistes (9,5–29,6 %) se portaient moins bien et ceux ayant recours à l’automédication (48,0–84,2 %) étaient traités de façon inadéquate.

Écrivant dans la revue The Journal of Headache and Pain, les auteurs ont déclaré : « La situation n’est donc pas encourageante : ces résultats, en tant que reflets de la portée et de la pertinence des services de prise en charge des céphalées, indiquent des performances désolantes de médiocrité dans l’UE. »