Les scribes médicaux aident-ils ou desservent-ils les médecins travaillant au service des urgences ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’un nouvel essai randomisé publié dans la revue BMJ suggèrent que les scribes médicaux pourraient favoriser l’accroissement de la productivité des médecins et raccourcir la durée de séjour des patients au service des urgences (SU). 

L’essai a évalué les changements en matière de productivité lorsque 88 médecins urgentistes de 5 SU en Australie ont été assistés par des scribes médicaux. Les médecins se sont vu attribuer de manière aléatoire un scribe pour la durée de leur période de travail.  

L’analyse des données recueillies à partir de 589 périodes de travail retranscrites et 3 263 périodes de travail non retranscrites a montré que les scribes augmentaient la productivité des médecins, la faisant passer de 1,13 patient par heure et par docteur (IC à 95 % : 1,11–1,17) à 1,31 (IC à 95 % : 1,25–1,38), soit une augmentation de 15,9 % (P 

Les auteurs ont déclaré qu’au vu de la nette préférence exprimée auparavant par les médecins quant au fait de travailler avec un scribe, du risque minimum impliqué, de l’absence d’impact sur l’expérience des patients ainsi que des gains de rendement et de productivité décrits, « les services des urgences et les administrateurs d’hôpitaux devraient sérieusement envisager l’utilité potentielle locale des scribes au sein de leurs effectifs et dans leur planification financière ».