Les scores d’Apgar prédisent le risque d’épilepsie


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche publiée dans la revue The BMJ suggère que même des scores légèrement inférieurs à l’échelle d’Apgar pourraient permettre de prédire le risque d’un diagnostic ultérieur d’infirmité motrice cérébrale (IMC) ou d’épilepsie.

Des chercheurs en Suède ont analysé les données d’un registre médical national de naissance portant sur plus de 1,2 million de nourrissons nés entre 1999 et 2012. Les données sur les caractéristiques maternelles, sur les grossesses ainsi que sur les diagnostics d’IMC et d’épilepsie ont été obtenues par couplage de dossiers individuels issus de registres suédois nationaux.

Ils ont découvert qu’un score d’Apgar de 9 ou inférieur à 5 ou 10 minutes conférait des risques accrus d’IMC, tandis que les risques d’épilepsie se sont avérés accrus chez ceux ayant des scores d’Apgar de 7–8 ou inférieurs à 5 et 10 minutes.  Les auteurs ont noté que même un score d’Apgar de 9 à 5 minutes et un score de 10 à 10 minutes ont été associés à un risque relatif légèrement accru d’IMC tandis que le risque d’épilepsie s’est avéré accru chez les nourrissons ayant un score d’Apgar maximal à 5 minutes et un score de 9 à 10 minutes.

Selon les auteurs, les résultats « justifient le fait d’attribuer à tous les nouveau-nés un score d’Apgar à 1, 5 et 10 minutes et de poursuivre les réanimations néonatales actives des nourrissons dont l’état de santé est légèrement compromis à 5 minutes ».