Les revers de la « mode du sans gluten » pour les patients atteints de la maladie cœliaque…

  • King JA & al.
  • J Hum Nutr Diet
  • 2 oct. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le régime d’éviction strict du gluten est le seul traitement actuel de la maladie cœliaque. Or, de plus en plus de personnes non cœliaques se tournent vers ce régime de restriction pour résoudre des troubles intestinaux, des problèmes d’obésité, de diabète, de pression artérielle ou encore des troubles psychiatriques (démences, troubles de l’attention). Cette perception de santé sous un régime sans gluten en dehors de tout bénéfice prouvé est une tendance particulièrement marquée chez les américains.

Une situation ambiguë…

L’augmentation de la population adoptant un régime sans gluten s’avère avoir un impact à « double tranchant » pour les patients atteints d’une maladie cœliaque. 

En effet, elle permet une meilleure sensibilisation de la population générale à cette maladie et augmente l’offre et la diversité alimentaire sans gluten. Les sujets atteints de la maladie cœliaque interrogés reconnaissent la mise à disposition de nouvelles textures et des goûts plus agréables. 

Mais ces sujets sont également globalement devenus plus sceptiques sur la légitimité de la mention  « sans gluten » de certains produits, ce qui au final ne simplifie pas leur vie sociale car ils se sentent obligés de refuser certaines invitations, de donner de longues explications aux personnes chargées de réaliser les repas ou encore d’apporter leur propre repas. D’ailleurs, une étude canadienne a effectivement montré qu’environ 1% des farines et des féculents étiquetés « sans gluten » contenaient un niveau de gluten supérieur à 20 ppm, donc au-delà de la réglementation canadienne1. L’adhésion par un grand nombre de personnes au régime sans gluten semble par ailleurs altérer l’image de soi des participants de l’étude porteurs de la maladie cœliaque, qui eux ont le sentiment d’être perçus comme des personnes intransigeantes face à un régime d’exclusion « à la mode ».

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

La population de sujets atteints de la maladie cœliaque représente environ 1% de la population en Amérique du Nord. L’objet de cette étude de petite envergure était de montrer l’impact de l’augmentation de l’offre industrielle en produits sans gluten sur la vie de sujets atteints par la maladie cœliaque et sur leurs relations sociales.

Méthodologie

Étude menée à partir d’entretiens semi-structurés chez 17 adultes canadiens souffrant de maladie cœliaque.

Principales limitations

Cette étude a été réalisé sur un très faible échantillon. Ces données mériteraient donc d'être confirmées par une étude de plus grande envergure.