Les retards de traitement sont associés à des résultats oncologiques moins favorables

  • Cone EB & al.
  • JAMA Netw Open

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après le diagnostic, un délai plus long jusqu’à l’initiation du traitement (Time to Treatment Initiation, TTI) est associé à une mortalité plus élevée chez les patients atteints d’un cancer du côlon ou du sein de stade avancé, d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de stade précoce ou d’un cancer de la prostate à haut risque.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement anticancéreux doit être instauré dès que cela est cliniquement possible.
  • L’auteur principal de l’étude, Eugene Cone, docteur en médecine à l’hôpital général du Massachusetts (Massachusetts General Hospital) et à l’hôpital de Brigham et des femmes (Brigham & Women’s Hospital), a déclaré que les retards au niveau du dépistage du cancer pendant la pandémie devraient prolonger encore davantage le TTI.

Méthodologie

  • Une étude a été menée auprès de 2 241 706 patients issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database) qui avaient reçu un diagnostic de cancer du sein (52,0 %), de cancer de la prostate (38,1 %), de cancer du côlon (4,1 %) ou de CBNPC (5,8 %) non métastatique entre 2004 et 2015.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le TTI médian était de 32 jours dans le cadre du cancer du sein, de 79 jours dans le cadre du cancer de la prostate, de 41 jours dans le cadre du CBNPC, et de 26 jours dans le cadre du cancer du côlon.
  • Les prévisions de mortalité à 5 et 10 ans avec un TTI de 61–120 jours, contre 181–365 jours, étaient les suivantes :
    • Cancer du côlon de stade III : 38,9 % et 54 %, contre 47,8 % et 63,8 %.
    • CBNPC de stade I : 47,4 % et 72,6 %, contre 47,6 % et 72,8 %.
    • Cancer de la prostate à haut risque : 12,8 % et 31,2 %, contre 14,1 % et 33,8 %.
    • Cancer du sein :
      • Stade II : 17,7 % et 30,5 %, contre 21,7 % et 36,5 %.
      • Stade III : 29,4 % et 45,2 %, contre 32,7 % et 49,5 %. 

Limites

  • Il s’agit d’une étude observationnelle.